Archives de l’auteur : bernard64

Montrer sur une carte un fichier kml fait avec le logiciel viking

Monter sur une carte un fichier gpx fait avec viking

Carte avec points en format GPX faits sous qgis

Une carte avec plusieurs points remarquables

Nous utiliserons le plugin OpenStreetMap de WordPress: version   3.4.1 (modifié pour la version actuelle 3.5.4)

Il s’agit, à titre d’exemple pour bien comprendre 💡 , de batir une carte qui affiche les « coins » à champignons que l’on a découvert et que l’on souhaite communiquer à la terre entière.

Les « coins » à cèpe seront en vert, les « coins » à girolles en rouge, les coins à trompettes de la mort en noir.

La carte obtenue est ci dessous, le mode opératoire est sous la carte.

On peut cliquer sur les points pour faire apparaître le détail que nous allons créer: ce détail figure dans des articles et inclue le lien cliquable à l’article.

 

Mode opératoire

Etape 1

  1. créer une nouvelle catégorie: dans le cas décrit elle s’appelle « champignon »
  2. créer une nouvelle page ou un nouvel article: lui donner un titre « Une carte avec plusieurs points remarquables »,
  3. cliquer en haut à droite de la page (ou article) sur « Options de l’écran »
  4. cocher « WP OSM Plugin shortcode generator »
  5. dans le bas de la page aller à « WP OSM Plugin shortcode generator »  et cliquer sur l’onglet « Géolocalisé »
  6. cliquer ensuite sur article ou page sur le champ « type d’article » selon que l’on est dans un article ou une page
  7. cliquer sur la bonne catégorie dans « Category filter »
  8. naviguer sur la carte pour afficher l’étendue de la zone concernée
  9. une fois correctement affichée la zone, cliquer sur la carte
  10. cela génère en dessous quelque chose du genre: [*osm_map lat= »43.261″ lon= »-0.377″ zoom= »9″ width= »100% » height= »450″ import= »osm_l » post_type= »any »*]
  11. copier/coller ce « shortcode » a l’endroit ou l’on veut que la carte s’affiche dans la page
  12. publier la page (ou l’article) et quitter
  13. vérifier qu’elle (ou il) est bien inséré dans votre menu

 

Etape 2:

  1. créer un article (pas une page car on ne peut pas y affecter de catégorie)
  2. donner un titre significatif à l’article: « Un coin à cèpes » par exemple,
  3. cliquer en haut à droite sur « options de l’écran »
  4. cocher « WP OSM Plugin geotag »,
  5. attribuer à l’article  la catégorie que vous avez crée, dans notre cas « champignon »
  6. aller sur le bas à droite sur « WP OSM Plugin geotag »
  7. selectionner un icone
  8. naviguer sur la petite carte jusqu’a l’endroit ou se trouve le point remarquable
  9. cliquer à l’endroit du point remarquable
  10. le résultat s’affiche en dessous
  11. cliquer sur « enregistrer »
  12. publier l’article
  13. recommencer l’étape 2 autant de fois que de points à faire figurer sur la carte

Fabriquer une clé USB bootable avec GNULinux/Debian installé en français.

Fabriquer:

NB: pour démarrer sur la clé aller directement au paragraphe « Pour la démarrer » ci dessous.

Pour cela on choisira une clé qui fait au moins 2 Go de capacité.

On télécharge la distribution Debian live à :

http://cdimage.debian.org/cdimage/unofficial/non-free/cd-including-firmware/current-live/i386/iso-hybrid/debian-live-8.1.0-i386-gnome-desktop+nonfree.iso

Notez que l’on choisit la livraison incluant les pilotes non libres pour pouvoir démarrer la clé sur le plus de machines possibles,nécessitant des pilotes non libres.

L’image ISO fait 1,6 GO, il faut donc une bonne connection !

Une fois téléchargée, on copie l’image sur la clé USB. En root, sous GNU/Linux (je ne sais pas comment on fait sous windows), on tape la commande, en supposant que la clé est en sdb :

dd if=/home/bernard/Téléchargements/debian-live-8.1.0-i386-gnome-desktop+nonfree.iso of=/dev/sdb

Une fois copiée, on crée sur la clé une nouvelle partition prenant toute la place son prise que l’on formate en système de fichier ext2 et que l’on nomme persistence:

Cela peut se faire avec gparted:

S’il n’est pas installé:

aptitude install gparted

Puis on crée la partition (cliquer sur la photo pour agrandir)

Sélection_006

On la crée en ext2 (pas besoin de journalisation de fichiers sur SDCard)

Sélection_007

Sélection_008

Ne pas oublier, comme moi, de nommer la partition « persistence »

Sélection_009

Puis à la racine de la partition persistence, créer un fichier nommé persistence.conf et contenant

/ union

 

TODO:  Ensuite installer les paquets nécessaires à la langue française:

 

 

La clé USB est une Debian Jessie avec persistence: elle a été configurée tout en francais.

Pour la démarrer:

1/ Choisir la clé comme péripherique de boot: pour le faire cela est variable avec les BIOS;il faut appuyer sur Escape, sur F2 sur Del, …., pour obtenir le menu du bios. Recherchez les périphériques de boot et leur priorités. Cela aussi est très variable avec les BIOS, parfois même il n’est pas possible de booter USB sur les machines datant d’avant 2005.

2/Une fois démarée on voit (cliquer sur l’image pour agrandir)

Sélection_003

 

En fonction de la machine on choisit 586 si la machine n’a un processeur n’ayant qu’un coeur, 686 si multicoeur

Une fois choisi avec les flèches, on appuie sur la touche TAB (Tabulation)

Apparait alors une ligne en bas comme ci dessous

 

Sélection_004

On ajoute persistence à la ligne (en ajoutant un espace d’abord avant le .img

Cela donne:

Sélection_005

Il ne reste plus qu’a valider.

Si tout va bien la machine démarre sur la clé avec un Linux tout en français.

 

Pour débuter sous Linux inscrivez vous à :

https://openclassrooms.com/courses/reprenez-le-controle-a-l-aide-de-linux/

C’est entièrement gratuit, très progressif, ..et remarquablement bien fait

Protéger l’accès à une page (ou un article) par mot de passe

Dans le tableau de bord créer ou modifier la page ou l’article que l’on souhaite protéger par mot de passe, puis à droite  cliquer sur Visibilité -> modifier,

Sélectionner « Protégé par mot de passe »,

Taper un mot de passe dans la case « mot de passe »

Sauvegarder.

Attention: tant que l’on est connecté au site la page apparait toujours, elle n’ apparait qu’aux internautes  déconnectés